Un espion d'hier et de demain by Robert Littell & Robert Littell

Un espion d'hier et de demain by Robert Littell & Robert Littell

Auteur:Robert Littell & Robert Littell [Littell, Robert & Robert Littell]
La langue: fra
Format: epub
Tags: Policier
Éditeur: J'ai lu
Publié: 2011-12-01T14:29:51+00:00


9

L’Amiral était euphorique.

« Ce n’est pas le genre de choses qu’on croit quand on vous le raconte, chuchota-t-il vigoureusement dans le combiné de la cabine téléphonique. Il aurait fallu que vous voyiez ça de vos propres yeux pour apprécier pleinement. Votre Vendredi s’est conduit comme un chef derrière ses leviers. D’abord, nous avons détruit l’escalier entre le quatrième et le cinquième étage. (L’Amiral emplit ses joues d’air et imita le bruit sec d’une explosion.) Une seconde, il était là, celle d’après, il n’y en avait plus. Il ne leur restait plus aucun moyen de descendre. Ce n’était plus ensuite qu’une question de démolition systématique de l’étage supérieur de l’immeuble. Les murs se désintégraient en nuages de poussière. Je n’ai jamais assisté à quoi que ce soit de pareil de ma vie. C’était – il fouilla son cerveau, en quête du terme le plus approprié – tératogénique.

— Téra quoi ? »

L’Amiral sépara le mot en ses parties constitutives, en en savourant chaque fragment.

« Le préfixe, terato, vient du grec et signifie “monstre”. Le suffixe, génique, signifie “qui produit”. Producteur de monstre ! Vous voyez où je veux en venir ? »

Wanamaker parvint à glisser une nouvelle question dans la conversation :

« Êtes-vous sûr à cent pour cent que notre petit problème a été résolu ?

— À cent cinquante pour cent ! À deux cents pour cent même ! Les ouvriers découvriront leurs corps disloqués sous les décombres lorsque le reste de l’immeuble aura été démoli. Ils seront certainement impossibles à identifier. Si vous voulez mon opinion, la police ne saura même pas qu’il s’agissait d’un homme et d’une femme. De malheureuses poupées de chiffon, des corps en compote. Des membres, des têtes, des organes génitaux partout. (L’Amiral émit un rire strident et saccadé.) On ne pourra peut-être même pas reconnaître qu’il s’agissait d’êtres humains. On croira à des sortes d’animaux coincés là-dedans. »

Très doucement, Wanamaker demanda :

« Puis-je dire un mot à l’âne-à-tout-faire ? »

Toothacher fut pris de court.

« Vous voulez parler à l’âne ?

— Si cela ne vous dérange pas.

— Je vous ai déjà dit tout ce qu’il y avait à dire.

— J’ai besoin de lui parler de quelques corvées ménagères.

— De corvées ménagères ?

— Si cela ne vous dérange pas, oui. »

Wanamaker entendit l’Amiral tousser plusieurs fois, apparemment troublé. Puis il perçut la voix de Toothacher, haut perchée, presque hystérique, crier :

« Huxstep, devant, milieu. »

Il y eut le choc étouffé du combiné cognant contre une surface métallique, puis Huxstep prit la parole.

« Ouais ?

— Vous pouvez parler ? »

Il y eut une pause. Wanamaker, l’oreille collée au récepteur, entendit claquer la porte de la cabine.

« Ouais, je peux parler.

— Mais qu’est-ce qui se passe avec vous savez qui ? Il a l’air de déconner complètement.

— Il plane, c’est tout. Ça arrive quand on n’a pas l’habitude. »

Wanamaker crut que Huxstep faisait allusion à une drogue que l’Amiral aurait prise.

« Pas l’habitude de quoi ? »

Mal à l’aise, Huxstep se racla la gorge.

« De la violence.

— Oh.

— Il était super-calme pendant que ça se passait.



Télécharger



Déni de responsabilité:
Ce site ne stocke aucun fichier sur son serveur. Nous ne faisons qu'indexer et lier au contenu fourni par d'autres sites. Veuillez contacter les fournisseurs de contenu pour supprimer le contenu des droits d'auteur, le cas échéant, et nous envoyer un courrier électronique. Nous supprimerons immédiatement les liens ou contenus pertinents.