Croc-Blanc by Jack London

Croc-Blanc by Jack London

Auteur:Jack London [London, Jack]
La langue: fra
Format: epub
Publié: 2011-10-29T04:06:29+00:00


XII

La piste des dieux

à la chute de l’année, quand les jours furent devenus plus courts et que la morsure du froid eut reparu dans l’air, Croc-Blanc trouva l’occasion, qu’il avait si souvent cherchée, de reprendre sa liberté.

Depuis plusieurs jours, il y avait un grand brouhaha dans le camp. Les tentes avaient été démontées et la tribu, avec armes et bagages, s’apprêtait à aller chercher un autre terrain de chasse. Croc-Blanc surveillait avec des yeux ardents ce remue-ménage inaccoutumé et, lorsqu’il vit les tentes abattues et pliées, les pirogues amenées au rivage et chargées, il comprit de quoi il s’agissait.

Déjà un certain nombre de pirogues s’étaient éloignées du bord et quelques-unes avaient disparu au tournant du fleuve lorsque, très délibérément, le louveteau se résolut à demeurer en arrière. Il attendit un moment propice pour se glisser hors du camp et gagner les bois. Afin de dissimuler sa piste, il entra dans le fleuve où la glace commençait à se former puis, après en avoir pendant quelque temps suivi la rive en nageant, il se blottit dans un épais taillis et attendit.

Les heures passèrent et il les occupa à faire quelques sommes. Il dormait quand il fut réveillé soudain par la voix de Castor-Gris qui l’appelait par son nom. D’autres voix se joignirent à celle de son maître et il entendit que la femme de l’Indien prenait part à la recherche, ainsi que Mit-Sah, fils de Castor-Gris.

Croc-Blanc tremblait de peur. Mais, quoique une impulsion intérieure le poussât à sortir de sa cachette, il ne bougea point. Bientôt les voix moururent au loin et, après une nouvelle attente de plusieurs heures, le louveteau rampa hors du taillis afin de se réjouir librement du succès de son entreprise. Il se mit à jouer et à gambader autour des arbres. Cependant l’obscurité venait et voilà que, tout à coup, il eut conscience de sa solitude.

Il s’assit sur son derrière et se prit à réfléchir, écoutant le vaste silence de la forêt. Un trouble inconnu l’envahit. Il sentait le péril partout en embuscade autour de lui, un péril invisible et insoupçonné qui se cachait dans l’ombre noire des troncs d’arbres énormes.

Il faisait froid aussi, et il n’y avait plus ici les chauds recoins d’une tente où se réfugier. Le froid lui montait dans les pattes, et il s’efforçait de s’en garder en les levant successivement l’une après l’autre, ou bien il recourbait sur elles sa queue touffue pour les couvrir. Tout ensemble repassait dans sa mémoire une succession d’images qui s’y étaient imprimées. Il revoyait le camp, ses tentes et la lueur des feux. Il entendait les voix stridentes des femmes, les basses grondantes des hommes et les aboiements des chiens. Il avait faim et il se souvenait des morceaux de viande et de poisson qu’on lui jetait. Ici, pas de viande, rien que l’inexprimable et menaçant silence.

Son esclavage l’avait amolli. En perdant le sens des responsabilités, il s’était affaibli et ne savait plus comment se gouverner. Au lieu du bruissement de la vie coutumière, silence et nuit l’étreignaient.



Télécharger



Déni de responsabilité:
Ce site ne stocke aucun fichier sur son serveur. Nous ne faisons qu'indexer et lier au contenu fourni par d'autres sites. Veuillez contacter les fournisseurs de contenu pour supprimer le contenu des droits d'auteur, le cas échéant, et nous envoyer un courrier électronique. Nous supprimerons immédiatement les liens ou contenus pertinents.