L'héritage du mutant by Haber Karen

L'héritage du mutant by Haber Karen

Auteur:Haber,Karen [Haber,Karen]
La langue: fra
Format: epub
Tags: SF
ISBN: 2277231878
Éditeur: AlexandriZ
Publié: 1992-01-04T23:00:00+00:00


Les dieux étaient de sortie au temple Umbanda à Lagoas, et les célébrants tapaient des pieds, tourbillonnaient au rythme de la samba, flirtaient, chantaient, et fumaient quand la police arriva.

— Pas d’autorisation, dit le sergent chauve en uniforme gris. Pas d’autorisation.

La musique continua de tambouriner. Les initiés continuèrent de chanter. Personne ne semblait avoir entendu. Personne n’écoutait.

— Pas d’autorisation.

Les voix se firent plus fortes et les danseurs bougèrent plus vite mais je commençai à m’inquiéter. Ces policiers portaient de grosses matraques noires qui se balançaient à leurs ceintures de cuir quand ils avançaient. Et chacun d’eux tenait un pistolet laser.

Star rayonnait encore plus, comme si des invités spéciaux venaient juste d’arriver. Roulant des hanches, elle se dirigea gracieusement vers le chef et lui enroula une écharpe blanche autour du cou. Puis elle alluma un cigare avec désinvolture et le lui tendit.

— Bienvenue à Mundo Melhor, dit-elle. Bien sûr que nous avons une autorisation pour ce rassemblement.

Elle brandit une holocarte et la fit miroiter jusqu’à ce qu’elle étincelle sous la lumière de la lampe. Puis elle tendit les bras aux officiers :

— Venez. Venez vous joindre à la danse.

Les batteurs accélérèrent le rythme et entamèrent une samba.

Indécis, les officiers se consultèrent du regard. Puis le plus jeune posa son arme et prit une paire de maracas. Avant que je comprenne ce qui se passait, les policiers s’étaient tous mêlés à la célébration. Le sergent était au milieu de la foule, ses pieds s’agitant en tous sens alors qu’il enchaînait des figures compliquées, ses hanches sans cesse en mouvement. La cérémonie dura jusqu’à l’aube, et les policiers furent parmi les derniers invités à partir.

Quand nous fûmes seuls, je me tournai vers Star avec respect et une certaine confusion.

— Pourquoi n’avais-tu pas peur de la police ? demandai-je.

— Peur ? (Ses yeux étincelèrent.) Pourquoi avoir peur ? Ne vois-tu pas que les gens sont tous pareils, querido ? Ils veulent pouvoir profiter de leur vie, avoir assez à manger, faire l’amour, rire, danser, avoir de l’espoir. (Elle m’embrassa avec douceur.) Ce n’est pas très compliqué, Julian. Tu es un guérisseur. Je croyais que tu savais déjà ça.

— Mais ils sont venus ici pour interrompre la cérémonie. Tu sais que le gouvernement n’aime pas Mundo Melhor.

— Parce qu’il craint notre pouvoir.

— Qu’importe la raison. Tu as vu les armes que ces hommes portaient. Ils auraient pu être violents.

— Peut-être dans ton pays se seraient-ils conduits ainsi. Mais ici nous voyons les choses un peu différemment. Ces hommes étaient envoyés pour créer des problèmes, oui, mais ils ne voulaient pas vraiment le faire. Les policiers sont toujours parmi les premiers à se joindre aux parades de samba sur Avenida Atlantico – ils adorent danser et faire la fête. Je le savais. Tout le monde à Rio le sait. Tout ce que j’avais à faire, c’était de les aider à redevenir des êtres humains, à oublier leurs insignes et leurs armes.

— Que veux-tu dire ?

— En leur montrant un petit bout de papier – leur précieuse autorisation – j’ai évacué le fardeau de leur rôle officiel.



Télécharger



Déni de responsabilité:
Ce site ne stocke aucun fichier sur son serveur. Nous ne faisons qu'indexer et lier au contenu fourni par d'autres sites. Veuillez contacter les fournisseurs de contenu pour supprimer le contenu des droits d'auteur, le cas échéant, et nous envoyer un courrier électronique. Nous supprimerons immédiatement les liens ou contenus pertinents.